Le curcuma peut effectivement guérir le cancer en éliminant sa cause qui n’est autre que les infections à levures

Depuis des siècles, des experts de la santé se sont rendu compte du lien qui existe entre les infections à levures et d’autres maladies très graves tel que les tumeurs malignes, le diabète et les infections chroniques. Récemment, d’autres études ont décelé qu’une autre maladie pourrait être lié à la présence des infections. Il s’agit du cancer !

Une autre étude menée récemment intitulé le « Candida Albicans and Cancer : Can This Yeast Induce Cancer Development or Progression » publié dans le « Critical Reviews in Microbiology » parle également  du lien étroit entre les infections à levure et le cancer. Les résultats de cette étude démontrent clairement que la levure est un sous-produit du cancer et qu’en plus il agit en tant qu’un facteur qui favorise le développement de cette maladie.

Le Candida a un impact très grave dans un organisme infecté surtout chez les personnes avec le système immunitaire déjà affaibli. L’infection cause la sécrétion de toxines dans l’organisme du malade qui très vite envahit tout le système immunitaire et diminue ses chances de combattre l’infection. Les experts de santé devraient faire plus de recherches pour éloigner le Candida Albicans chez des personnes déjà atteints de cancer et aussi trouver des solutions pour minimiser les risques et les effets du Candida Albicans. La création de sous-environnements par le biais des médicaments contre ces tumeurs devrait également être un autre point d’étude pour les experts de la santé.

Quelques auteurs qui ont mené ces études ont déclaré :

« On s’inquiète de plus en plus de la relation entre les infections microbiennes et le cancer. De nombreuses d’études menés confirment qu’il existe un lien, surtout lorsque les agents responsables sont des bactéries ou des virus. Cette revue a également démontré les preuves que le champignon opportuniste Candida Albicans augmente le risque de carcinogenèse et de métastase. Jusqu’à ces dernières années, les différentes espèces de Candida étaient fondamentalement liées à des processus cancéreux car c’est un pathogène opportuniste qui profite de l’état immunodéprimé des patients, en particulier grâce à la chimiothérapie.

Par contre, les résultats les plus récents disent plutôt  que C. Albicans est capable de favoriser le cancer par plusieurs mécanismes, tels que décrits dans l’étude : production de sous-produits cancérogènes, déclenchement de l’inflammation, induction de la réponse Th17 et mimétisme moléculaire. Nous soulignons la nécessité non seulement de contrôler ce type d’infection pendant le traitement du cancer, compte tenu notamment du rôle majeur de cette espèce de levure dans les infections nosocomiales, mais aussi de trouver de nouvelles approches thérapeutiques pour éviter l’effet pro-tumoral de cette espèce fongique. »

La deuxième étude intitulé, « Curcumin and Its Promise as an Anti-Cancer Drug : An Analysis of its Anti-Cancer and Anti-Fungal Effects in Cancer and Associated Complications from Invasive Fungal Infections » s’est concentré sur les pouvoirs curatifs de la curcumine, le polyphénol primaire du curcuma. La curcumine a une capacité accrue de résister aux attaques des radicaux libres dans le corps, ce qui lui permet de protéger l’organisme contre les infections fongiques.

Les auteurs de cette étude ont encore révélé que :

« La curcumine, qui est  un composant naturel isolé du rhizome des plantes de la Curcuma longa, a suscité un grand intérêt chez de nombreux scientifiques étudiant les cancers solides au cours des cinquante dernières années. Il est intéressant de noter que la curcumine constitue une alternative idéale aux traitements actuels en raison de son profil relativement sûr, même à fortes doses. À ce jour, la puissante activité antifongique de la curcumine contre différentes souches de Candida tel que Cryptococcus, Aspergillus, Trichosporon et Paracoccidioides a été rapportée, indiquant que les médicaments anticancéreux à base de curcumine peuvent également avoir un rôle antifongique, aidant les patients atteints de cancer à résister aux complications invasives liées aux infections fongiques. Le but de cette revue est de débattre à propos de  la double activité pharmacologique de la curcumine en ce qui concerne ses applications en tant qu’agent naturel anticancéreux et antifongique. Ces deux activités pharmacologiques devraient mener à des essais cliniques et améliorer la survie des patients atteints de cancer.

La curcumine est un nouveau médicament d’origine naturelle aux propriétés multi-cibles qui a démontré des activités anticancéreuses et antifongiques efficaces, seul ou en combinaison avec des médicaments de chimiothérapie et des agents antifongiques classiques. La double activité pharmacologique de la curcumine pourrait en faire un bon candidat pour la prévention et le traitement du cancer et de ses complications liées aux infections fongiques invasives liées au cancer. »

Les thérapies anticancéreuses traditionnelles utilisées aujourd’hui s’accompagnent d’une longue liste d’effets secondaires, notamment :

  • Dommages au système immunitaire du patient
  • Le risque de développer des infections fongiques résistantes au traitement
  • Lésions rénales
  • (Dommages) au foie

Ces études ont également illustré la puissance du curcuma dans la lutte contre le cancer. Sa capacité à combattre les infections fongiques sans des effets secondaires des traitements anticancéreux traditionnels vaut la peine d’être approfondie.

Loading...